Le calme après l’affluence

 

Il faut bien le reconnaître, je suis toujours un peu nerveux les jours de portes ouvertes. On bascule d'un coup d'une vie d'anachoréte a celle moins facile de galériste. Le choc est violent et l'exercice périlleux car l'affluence est toujours au rende-vous tout au long de ces 2 journées et l'on se doit d'essayer de ne décevoir personne. Ce qui n'est evidemment jamais tout à fait possible. L'occasion est belle de faire ces jours là, de nouvelles rencontres, d'exiter la curiosité, de revoir les collectionneurs fidèles.C'était grâce à vous encore une fois différent,épuisant et (presque) toujours chaleureux.
A suivre...

Pierre de Mougins

Posted in Allgemein.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.