La science n’est plus une aventure!

Les pierres me fascinent! Il est donc logique qu' un de mes films préférés soit " Le voyage au centre de la Terre" produit par la Fox en 1959. Je trouve intéressant de décortiquer les raisons profondes de ce plaisir...

 

Tout ce qui a été fait de grand dans le monde a été fait au nom d'espérance exagérées“.
C'est à cause de ce genre d'idée que le clairvoyant Jules Verne décida en 1850 de rater une belle carrière d' avoué (profession du reste si nécessaire à l'humanité qu'elle fut abrogée en 2012)  pour devenir un génie littéraire fasciné par la prospective scientifique. Contrairement à ce que l'on croit, et c'est ce qui est intéressant, il n'a aucune formation scientifique ! Mais c'est un passionné de sciences, ( on retrouvera 25 000 fiches de lecture tirées de journaux). Il saura greffer le souffle du Romantisme à 2 genres littéraires réputés mineures : le roman d'aventures et le roman pour la jeunesse. Mais pourquoi ce film, au-delà de son charme rétro, résonne-t-il encore si fort en moi ?
Voyager au travers de la matière condensée demeure encore impossible. Au contraire, les abysses, elles, ne sont déjá plus insondables. Quant à la lune, elle est presque devenue un objet de convoitise... De là vient la fascination que le centre de notre planète engendre encore. Première source de plaisir.

Le héros Vernien est un scientifique, mais à l'opposé du savant moderne, expert dans son domaine, „connaissant beaucoup de choses sur pas-grand-chose!“ Otto Lidenbrock et son jeune Neveu Axel seront dans leur voyage au centre de la terre à la fois cryptologue, paléontologue et géologue.Deuxième source de plaisir.


Même si le Coeur de notre planète nous demeure inaccessible, nous savons en revanche que la théorie longtemps admise d'un feu central, et qui généra nos images infernales de l'Enfer, est fausse.
Le centre de la Terre serait au contraire fait de mer et de diamant !(Voir lien, article Figaro)

Cette hypothèse se voit magnifiquement illustré par différentes scènes du film, souvent merveilleusement kitch! Troisième source de plaisir.


La recherche scientifique vécue comme une quête mythique, une aventure épique dont les protagonistes sont les chevaleresques héros.

Quatrième source de plaisir.

L'interprétation pleine d'humour de James Mason et le couple plein de charme qu'il forme avec Arlene Dahl rendent leurs chamailleries à jamais savoureuses.
Cinquième source de plaisir.

Ce que je veux montrer par cet article, c'est que la trans-disciplinarité est une voie fructueuse et assez inexplorée de la recherche fondamentale. Jules Verne, mais notamment aussi Roger Caillois, en ont été les chantres dans toute leur oeuvre.
La recherche scientifique actuelle, accaparée par une idéologie de l'innovation, s'appauvrit
inexorablement.

Mais ce sera l'objet d'un prochain article...
À suivre

Posted in Allgemein, Geologie, Wissenschaft.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.